Un réseau à destination des personnes atteintes d'une insuffisance respiratoire

La Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO)- est définie comme une maladie pulmonaire chronique et lentement progressive. Elle n’est pas une maladie anodine. Qualifiée de « tueur silencieux », elle se caractérise par une obstruction chronique des voies aériennes non complètement réversible, habituellement progressive, associée à une réaction inflammatoire anormale et à des conséquences systémiques en réponse à des toxiques inhalés, principalement le tabac.

Cependant, la BPCO est une maladie encore trop  méconnue en France, comme dans l'ensemble du monde. Aujourd'hui, elle concerne pourtant très directement quelque 3 millions de personnes en France. L’une des premières causes de la méconnaissance de la BPCO tient justement à son caractère sournois et insidieux…

Quels sont les causes ?

La cause première et principale de la maladie est le tabagisme - dans 90% des cas -. Nous avons à ce jour la certitude que plus un individu a fumé, plus il risque de développer une BPCO. Actuellement, on estime qu’à partir de 1 paquet par jour pendant 15 ans (soit 15 paquet-année), le risque devient significatif.

Le tabagisme figure ainsi au premier rang des facteurs de risque et notamment
- chez l’homme, si plus de 20 paquets/années,
- chez la femme, si plus de 15 paquets/années,
- associé ou non à l’inhalation de cannabis,
- incluant le tabagisme passif ;

Même pour une exposition moindre, le tabagisme constitue encore une menace dont il faut tenir compte. Elle est aussi due, mais beaucoup plus rarement, à une exposition professionnelle à certains polluants. Elle peut enfin être la conséquence d’infections broncho-pulmonaires de l'enfance. A noter qu'elle se distingue de l'asthme, cette autre pathologie respiratoire qui apparaît souvent précocement chez l’enfant ou le jeune adulte. Car la BPCO survient plutôt chez les personnes d’âge mur et souvent après une intoxication tabagique prolongée sur de nombreuses années.

Pour dépister la BPCO

Maladie jusqu'alors essentiellement masculine, la fréquence de la BPCO augmente chez la femme où elle est souvent plus précoce et plus sévère. Cette évolution est étroitement associée à l'augmentation du tabagisme constaté chez les femmes et en particulier chez les jeunes femmes. Aussi la BPCO doit-elle être dépistée le plus précocement possible. Car les lésions broncho-pulmonaires provoquées par le tabac sont irréversibles et aucun traitement ne peut les faire disparaître.

Objectifs du réseau LYRE

Des équipes pluridisciplinaires sont là pour vous accompagner et vous aider à mieux maîtriser la maladie respiratoire, ralentir son évolution en proposant :

  • Une information nécessaire (Education Thérapeutique du Patient) en atelier collectif pour comprendre et agir pour améliorer sa santé
  • Un sevrage tabagique avec une infirmière tabacologue à votre écoute
  • Une kinésithérapie respiratoire permettant le réentrainement à l'exercice et à la rééducation respiratoire
  • Une activité physique adaptée
  • Un psychologue diététicien

Education Thérapeutique du Patient

Les ateliers collectifs proposés afin de comprendre sa maladie et agir pour améliorer sa santé sont : 

  • Moi et ma maladie respiratoire
  • Et quand ça dérape ? Repérer et agir
  • Moi et mes traitements inhalés
  • Souffle et activité physique au quotidien
  • Tabac, parlons en !
  • Mieux manger
  • Oxygène / Ventilation : Questions - Réponses 

LES INTÉRÊTS A LA PRATIQUE

Un programme sur mesure

Notre protocole d'activité physique a pour objectif d'améliorer votre quotidien et d'aider à stabiliser la maladie. Pour cela, nous vous proposons : 

  • 2 séances hebdomadaires avec la pratique régulière de 2 activités au choix dont une à dominante d'endurance et l'autre à dominante de renforcement musculaire.
  • Une adaptation de votre programme d'activité physique.
  • Des séances oscillant entre une intensité moyenne à élevée pour des bénéfices maximum.
 
Des bénéfices physiques et psychologiques 
  • Améliore la capacité d’exercice à fréquence respiratoire et cardiaque égale
  • Réduit l’intensité de l’essoufflement perçu
  • Améliore la qualité de vie liée à la santé
  • Réduit le nombre d'hospitalisations
  • Réduit l'anxiété et la dépression
  • Améliore la survie

Une partie du contenu de cette page provient du réseau LYRE, de l'association BPCO