La problématique du vieillissement et l’activité physique ? Quels bénéfices et pourquoi agir ?
Lors du processus de l’avancée en âge, naturellement on constate un déclin progressif de capacités physiques, cognitives et sensorielles. Par la suite, ces altérations de capacité peuvent, dans certains cas avoir des effets délétères sur la qualité de vie. Notamment par la diminution voire la restriction d’activité mais aussi par les enjeux de santé et de bien-être. Ainsi dans le cadre du plan « bien vieillir » nous nous appliquons à mettre en place des stratégies de prévention des complications et de l’apparition des maladies chroniques liées au vieillissement, par l’activité physique adaptée.
En résumé, il s’agit ici, de limiter l’isolement, de garder ou prendre un mode de vie actif afin d’enrayer le vieillissement prématuré et donc de mieux vieillir, tout en gardant un maximum d’indépendance et d’autonomie.

Le vieillissement est un processus normal qui touche l’organisme et ses fonctions dans leur ensemble. Naturellement, les processus de sénescence sont universels, progressifs, endogènes, dégénératifs, irréversibles et continus.

  • Changement morphologiques et psychologiques
  • Déclin des performances physiologiques
  • Déclin de certaines fonctions intellectuelles
  • Diminution de la qualité des sens et des sensations perçues
  • Diminution de la pratique d’activité due aux limitations physiques
  • Déclin de l’état de santé général perçu

Certains facteurs externes accélèrent la sénescence comme la sédentarité et l’inactivité. Alors que d’autres peuvent retarder la sénescence ou en limiter les conséquences par le maintien de la forme physique et d’un  bon équilibre moral. Ainsi, le vieillissement n’est pas simplement le temps qui passe mais plutôt une accumulation d’événements biologiques qui interviennent au cours de la vie.  En réponse à ceci, l’APA se doit alors d’agir en prévention d’un éventuel vieillissement pathologique (primaire) mais aussi une fois les limitations installées. (secondaire)

La prévention primaire et secondaire, peut être envisagée dans 4 directions :

  • Ralentir les processus du vieillissement biologique par des actions de mises en mouvements et d’activité physique et cognitives.
  • Réduire les facteurs de risques pouvant conduire à des maladies chroniques et invalidantes : limiter le tabagisme, la sédentarité, l’obésité …
  • Dépister précocement des maladies asymptomatiques pouvant bénéficier d’une thérapie efficace : conduite à tenir face à une affection asymptomatique, potentiellement invalidante ou pouvant impacter la longévité
  • Conserver son autonomie et son indépendance le plus longtemps possible.

Quelque soit l’activité physique exercée, activité de renforcement musculaire ou activité cardio, les bénéfices sur le métabolisme sont importants :

  • Amélioration du sommeil (plus qualificatif)
  • Réduction des risques d’hypertension
  • Augmentation des capacités cardio-respiratoires
  • Diminution des risques de développer des maladies chroniques ou de complications
  • Prévention de l’ostéoporose
  • Amélioration de la santé mentale et de l’estime de soi
  • Maintien ou amélioration de la composition corporelle

Nos programmes d’activité physique se construisent et s’adaptent selon les capacités de chacun. De plus, notre savoir-faire nous permet pour cela de maintenir un fort degré d’individualisation en ajoutant l’intensité de la pratique et le choix des exercices. Par conséquent, nous favorisons une bonne réponse métabolique à l’activité physique. Pour conclure, la pratique du sport santé est donc bénéfique à tous quel que soit l’âge, le sexe et l’état de santé de la personne.

L’APA se doit d’agir en prévention d’un éventuel vieillissement pathologique mais aussi une fois les limitations installées. En passant par la remise en mouvement et la régularité de la pratique, le pratiquant quelque soit son âge à son initiation à l’activité trouvera des bénéfices sur son état de santé. Par ailleurs, l’activité physique d’endurance et de renforcement musculaire contribue au vieillissement normal, de plus elle permet l’éducation du patient concernant son corps et ses possibilités. Par là même, elle lui permet aussi d’associer la sensation de bien-être et de sécurité au moment de détente et de loisirs que procureront les activités et les liens sociaux proposés.

L’activité physique adaptée permet :

  • D’améliorer la perception et la gestion des sensations,
  • De diminuer le risque de développer des pathologies secondaires associées,
  • D’aider au maintien du poids et la composition corporelle, (Sarcopénie)
  • D’augmentation la confiance en soi et le bien-être lié à la solitude et l’isolement,
  • De minimiser les répercussions du vieillissement sur le corps,
  • De prendre ou garder un mode de vie sain et actif,
  • Prévention de l’ostéoporose,
  • Amélioration du sommeil en qualité et en temps,
  • De s’inscrire dans une dynamique de vie plus énergique

Par l’adaptabilité des pratiques, des horaires en fonction des besoins pour un mode de vie sain.

Fermer le menu